Ce titre n’est absolument pas positif et je n’aime pas ça, mais il est nécessaire.

Il pleut dans mon cœur comme il pleut dans mon camping-car.

Par petites gouttes, juste assez pour être perturbantes, mais pas assez pour tout abandonner.

Je vous dresse le tableau. Nous avons vécu 3 ans en tant que sédentaires, pas vraiment choisi mais pas vraiment désagréable, nous avons vécu 3 belles années mais nous étions bien loin de notre idéal de vie.

Après des années à en discuter, nous avons décidé de repartir sur la route, nous en avions besoin, notre corps et notre cœur nous le demandait, nous pensions que ceux de nos filles le demandait aussi. Finalement quelle erreur.

Le départ fut éprouvant, le déménagement fatigant, nous gérons une entreprise et elle aussi a vécu de gros bouleversements. Création d’une société en début d’année, demande de prêt pour se développer, nous y croyions fort et n’avons pas compté nos heures.

Nous ne sommes que des amateurs, des amateurs avec un cœur gros comme ça, avec des envie de partage, de beaux produits, d’amour. Nous avons pu le voir chez les autres, ça ne suffit pas forcément.

Revenons à nos moutons, pourquoi ce soir je vous raconte tout ça, alors que nous gardons nos états d’âmes bien cachés. Car nous avons vécu une journée difficile. Elle aurait pu passer facilement, comme tant d’autres, sauf que celle-ci ouvre une brèche bien trop douloureuse.

Notre chauffe eau nous avait lâché il y a quelques jours, quand on espère l’autonomie, c’est un peu la douche froide. Nos nerfs avait été mis à rude épreuve, mais nous pouvions surmonter cela.

Cette nuit une, enfin non plusieurs fuites d’eau nous ont réveillé. Ce matin c’est la cassette des toilettes qui nous a lâché, les boules.

Alors tout ceci n’est que du matériel j’en conviens, mais imaginez vivre dans une seule pièce et que celle ci parte en lambeaux, c’est insécurisant.

Je pense que ce qui nous fait encore le plus de mal est que du coup nous ne pouvons plus nous occuper de notre société comme il le faudrait, pour qu’elle devienne rentable.

Je pense que nous ne sommes pas les seuls pour qui le commerce est difficile cette année, nous nous accrochons mais notre moral ne suit plus vraiment.

Alors que faire ?

Je n’ai pas la réponse et cela me rend si triste. J’ai l’impression que l’univers nous envoi un message et il n’est pas heureux.

Vivre une autre vie, une parentalité différente et avoir d’autres idéaux n’est-il en fait pas possible ? Mettons-nous toute notre énergie pour rien dans un projet qui ne sera jamais viable.

Il pleut dans mon cœur et sur mes joues, comme dans mon camping-car.

J’aimerai en rire et demain recommencer, mais je ne peux plus. Je crois que j’ai besoin d’aide, de vous, de vos idées que je n’ai plus.

Je me suis senti invincible à vos côtés et aujourd’hui je ne suis plus que du vent, qui attend de savoir dans quel sens souffler.

Je suis désolée pour les fautes, j’ai écris tout cela d’un jet.

Julie