Ils vécurent heureux et n’eurent plus de maison du tout – Partie 2


Être Nomade Digital / vendredi, mai 31st, 2019

Je vous ai laissé un peu sur votre faim et je m’en excuse. C’est qu’il nous aura fallu du temps afin de prendre cette décision, alors je voulais faire, un peu, durer le plaisir.

En 2019 nous avons multiplié les roads trips.

Par besoin et aussi car en roulant nos idées avancent et évoluent.

La Lozère, la Vienne, Noirmoutier… Nous rentrions toujours avec l’envie de repartir, mais où ?

Concernant la première partie de cet article.

Surtout, je vous remercie de vos réactions ❤️

C’est vrai que nous nous sommes un peu oublié. D’un projet qui ne devait pas durer est née une entreprise dans laquelle nous croyons.

Et ça, nous ne nous y attendions pas du tout. J’en parlais d’ailleurs avec légèreté et naïveté quand nous échangions avec vous, lors de notre tour de France.

Nous avons du courage c’est vrai, mais il y a deux choses qui nous y mènent :

* le fait que nous ayons choisi de vivre cette vie et qu’elle nous apporte du bonheur.

* la communauté dont vous faites tous partie. Rien ne me rend plus heureuse que de vous voir échanger et vous épauler, quand on sait que l’ambiance sur certains groupes Facebook n’est pas des plus bienveillante.

Pourquoi avons nous attendu presque 3 ans avant de retrouver le souffle du voyage ?

Parce que nous sommes un peu lents 🙈

Pour que nous prenions une décision il faut qu’elle soit réfléchie, encore et encore.

Et puis il nous fallait un but, un sens à ce voyage.

Pas question d’avaler des kilomètres cette fois. Il faudra profiter et prendre notre temps

Et surtout, s’immerger.

La tendance est au tourisme slowly (doucement) et c’est une bonne chose.

Et maintenant, le plus dur, ne choisir qu’une destination.

C’est frustrant, mais quand on calcule le coût de l’essence, du ferry s’il y en a, du tunnel (s’il y en a aussi), voir de traverser l’océan, nos comptes en banques fondent comme une motte de beurre sur un capot de camping car.

Dans ma vie je fonctionne aux coups de cœurs et à l’envie. C’est comme ça que je me suis retrouvée très à l’ouest, à Rennes (oui c’est une blague, je sais que Brest est bien plus à l’ouest 😁).

Parce que j’en avais envie, que cela faisait partie de ma liste de choses à faire.

C’est aussi pour ça que j’ai emménagé loin de chez moi, chez un breton que j’aimais depuis 5 mois.

Vous voulez savoir quel pays est notre coup de cœur ?

Regardez en l’air, non plus au nord, voilà vous y êtes.

Non redescendez un peu, pas le Pôle Nord quand même.

Mais alors ? Plus de bus ?

Ça nous faisait tellement rêver ! Mais nous nous sommes heurtés à plusieurs problématiques.

Nous avions alors deux possibilités :

* en acheter un VASP pour n’avoir à passer « que » le permis poids lourd et pas celui de transport de personne.

Il serait donc déjà aménagé, mais pas forcément à notre goût. Le prix serait plus élevé aussi.

* en prendre un où tout est à faire, une véritable page blanche. Mais cela prend du temps et il faut ensuite le passer en VASP. Trop long pour nous.

Après plusieurs semaines de recherches nous avons regardé Petit Caillou droit dans les yeux.

Et nous nous sommes dit qu’il fallait le pimper (le bricoler de façon classe), et que nous avions envie de continuer avec lui.

PETIT CAILLOU WIN donc ! (Petit Caillou est un gagnant !).

Tout lâcher pour se sentir libre à nouveau

En rentrant de Noirmoutier nous avons pris la décision de donner notre préavis.

Le 31 juillet nous laisseront notre petite maison.

Nous aurions pu la garder et y revenir après avoir vadrouillé, mais à quoi s’accrocher. Elle deviendra le havre de paix d’autres personnes que nous.

Nous rangerons nos affaires dans un box de stockage pas loin. Pratique afin de venir quand nous voudrons, y prendre nos affaires.

Et nous irons nous immerger, pleinement, durant plusieurs mois dans un pays qui nous fait rêver.

La Suède !

Bientôt je vous raconterai, en détails, tout ce qu’il faut faire pour partir à l’étranger avec des enfants.

Mais aussi comment rendre son camping-car le plus autonome possible.

Je vous expliquerai aussi, la vie de nomades digitaux avec des enfants.

J’ai hâte autant que j’ai peur, 2 mois ça sera court et long à la fois.

Vous nous suivez toujours ?

Une réponse à « Ils vécurent heureux et n’eurent plus de maison du tout – Partie 2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *