La visite du Fort des Capucins, kids friendly ou pas ?


Carnet de voyage, France / lundi, août 20th, 2018

Une promenade autant inattendue qu’insolite

Je ne sais pas vous, mais nous, on est un peu le genre à se dire à 18h30 que l’on va marcher un peu, histoire de prendre l’air.

Sauf que la balade s’est transformée en randonnée d’1h30 avec visite improvisée d’un fort abandonné.

Nous sommes donc arrivés, tranquillou pépères, tout en haut d’une falaise à la vue stupéfiante. Bienvenue sur la commune de Roscanvel, sur les coups de 18h.

Si vous voyagez avec des enfants, vous connaissez tous ce moment du « on va marcher ? ». Reconnaissez-le, vous en avez autant besoin qu’eux, alors on chausse ses chaussures de marche (et pas ses sandales), on saute dans un sweat. On enfile sa banane, on chope l’appareil photo et c’est parti !

Nous étions ici

De là nous avons pris à droite (information importante !). Un chemin serpente dans la bruyère remplie de plein de petites fleurs jaunes. Certains se sont faufilés pour aller au plus près du bord, c’est assez dangereux et ça abîme l’endroit, à ne pas faire donc !

Une vue à couper le souffle

L’air marin me fouette le visage, fait s’envoler mes cheveux et me frotte les côtes. Ah non ça c’est Azilis sur mon dos qui souhaite que je lui trouve des mûres, qui ne sont pas mûres bien entendu. Je vous assure que cela rend la recherche encore plus intéressante (difficile).

Comme je suis une bonne urbexeuse (pas du tout) je sais reconnaître au loin les spots intéressants (c’est faux).

Une forme a attiré mon attention, nous avions alors 2 choix. Repartir dans l’autre sens car il était tard (ça aurait pu être raisonnable), ou continuer.

Si vous lisez ce billet aujourd’hui, c’est que la curiosité a été la plus forte. J’ai dis oui à mes pulsions et mes pieds ont pris le chemin de cette forme énigmatique !

Un tandem de choc

Nous voilà donc, l’une qui marche et l’autre qui se gave de mûres, en chemin vers le Fort des Capucins. Je ne le savais pas à ce moment-là, mais son exploration allait être pleine de surprises.

Tous les chemins mènent au fort (ou presque).

Toutefois nous vous conseillons les plus prudents, parce que ce n’est pas parce qu’on porte que l’on est hors de danger. La balade sera sûrement plus longues, mais plus sûre 😉

Par contre, je dirais qu’elle est réservée aux porteurs et marcheurs aguerris, parce que certains passages sont chauds patates !

Devant nos petits yeux ébahis se dressent des vestiges de la guerre, des blockhaus plein de graffs, des petits chemins qui s’enfoncent vers des bâtiments mystérieux.

Mais aussi un ancien char (que nous n’avons pas vu) et la plaque commémorative de la reddition du général Ramcke le 19 septembre 1944 (il s’était planqué dans une soute à munitions, malin).

J’adore faire ces bons dans le temps ! Imaginer ce qui a pu se passer, un véritable dépaysement !

Plus que quelques minutes de marche le long de la côte et vous y êtes, le fort vous tend les bras. Vous êtes joie, vous êtes bonheur, vous êtes excités et « STOP », bah on y arrive par où ?

Si vous êtes des foufous vous attaquerez direct tout droit, nous on a préféré prendre un sentier qui descend sur la droite, certes ça picote avec les genêts (prévoyez des habits en conséquence) mais on ne risque pas de tomber 🙂

Le fort est enfin là

Et voilà, le fort se dresse devant nous, il se confond parfaitement avec la pierre, ce qui est assez génial.

Imaginé par Vauban (qu’on ne présente plus) il était prévu pour défendre l’entrée du Goulet de Brest (entre les plans et sa construction se sont écoulés environ 150 ans).

Le pont qui vous y mène, quant à lui, date de 1861, il a perdu ses rambardes de protection alors prudence lors de la traversée (on évite les jours de grand vent et de marrée haute).

Attention, pour entrer dans le fort il vous faudra grimper un peu, je ne vous le dirais jamais assez, soyez très très prudents, surtout avec des enfants 🙂

Subsistent aujourd’hui la maison du gardien, des casernements, une usine électrique et des projecteurs. Il existe aussi des souterrains où vous pourrez trouver un canon, vestige d’une époque révolue.

Pour vous y rendre, vous devrez descendre les escaliers glissants à côté de la maison du gardien, prudence si vous êtes avec des enfants, moi je ne suis pas descendue, il n’y a que Ronan qui l’a fait après avoir posé Enorha.

Il a l’air content, n’est-ce pas ?

A droite, une vue imprenable vous tend les bras. Vous pourrez observer des tiges fichées dans le sol qui devaient maintenir un canon. Un poste de télémétrie se tenait là aussi.

Mais aussi des anneaux piqués dans les rochers et quelques tiges par-ci par-là. C’est assez drôle de s’imaginer ce qui devait être là il y a un peu plus de 70 ans.

Un escalier vous mène dans les entrailles du fort

Vous voici vers la batterie basse. Continuez un peu et des rails vous mèneront à un trou béant vers la mer.

Si, à l’inverse, vous prenez à gauche, le casernement sera comme des petites pépites à découvrir. Faites tous les bâtiments, ça vaut le coût.

Il se dressait là, telle une lumière dans le brouillard

Si vous allez tout au bout vous y trouverez un projecteur qui devait mesurer 150cm et son abris de jour. Mais aussi un autre emplacement pour un canon.

Un chemin monte pour aller au point d’observation de l’îlot. Comme il n’y a pas de rambarde nous ne l’avons pas tenté.

La balade est maintenant terminée !

Retour vers le magnifique pont flanqué d’un « GM » (génie maritime). Construit en 1861 accrochez vous à votre slip pour ne pas tanguer.

De là, vous avez 2 choix, repasser par le chemin côtier ou grimper. Nous avons choisi la 2ème option, ne le faites que si vous êtes sûrs de vous. Il vaut mieux arriver plus tard mais entiers.

Quelques infos importantes pour finir

Le fort des Capucins appartenait autrefois au Ministère de la Défense, il était donc interdit d’y pénétrer.

Aujourd’hui, il est territoire du Conservatoire du Littoral. C’est une zone protégée et malgré les aménagements faits pour sécuriser l’endroit, il n’est pas préparé pour la visite touristique.

C’est donc sous votre propre responsabilité que vous y allez, à vos risques et périls.

Cependant, c’est vraiment une chouette découverte à faire avec des enfants. Pouvoir les porter nous a rassuré car nous savions qu’elles étaient en sécurité. Et puis nous ne sommes pas allés au delà de nos limites.

Kids friendly donc, mais avec de grandes précautions

Le rocher du crapaud vous dit « à bientôt ! »

Alors, vous ai-je donné envie de visiter le Fort des Capucins ? L’avez-vous déjà fait ? Dites-nous tout en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *